Chaque année, toutes les élèves de Troisième partent une semaine à Rome, accompagnées par leur responsable et leurs adjointes de division ainsi que par leurs professeurs. C’est le projet de toute l’année scolaire. En effet, une série de conférences culturelles organisées en amont permettent de préparer les visites qui seront effectuées sur place. Le voyage a également une dimension spirituelle importante, avec la visite du Vatican et des temps de reflexion et de rencontres. Au retour du voyage, les élèves doivent réaliser des carnets de bord. 

 

IMG 0604

 

La classe romaine, le projet de la division de Troisième…

UNE SEMAINE PLATONICIENNE

Il est fécond, de temps en temps, d’enseigner autrement. Socrate le faisait en marchant, et questionnait lors de ces promenades ses disciples afin d’ « accoucher leurs esprits ».

C’est, peu ou prou, ce que nous proposons aux Troisièmes lors de la fameuse « classe romaine ». Initiée par Mademoiselle Pardoën (SFX) un peu avant les années 1970, cette classe est un des trésors de Sainte-Marie,  et est devenue mythique : les élèves en parlent dès la 4ème, et s’en souviennent… toute leur vie !

Il s’agit donc d’une semaine de classe, mais pas comme les autres. A l’instar des disciples de Socrate, nos élèves marchent du matin au soir, et sont priées par l’équipe de professeurs sportifs qui les encadrent d’adopter, pour reprendre le mot de François Garagnon dans son ouvrage « Jade et les sacrés mystères de la vie » la « B-attitude », ou attitude platonicienne : c’est-à-dire qu’elles découvrent, tout en marchant le Beau, le Vrai et le Bon.

Le Beau est omniprésent dans la ville éternelle, qui constitue à elle seule un extraordinaire livre d’Histoire en images dont nos Troisièmes tournent les pages avec ravissement, chacun des sept jours du voyage ayant son caractère propre : La Rome de l’ Antiquité avec le Colisée, la Rome des premiers temps du christianisme avec la Catacombe de Saint Callixte, la Porte de Sainte Sabine ou les différents « strates » de Saint Clément, par exemple ;  et enfin la somptueuse Rome de l’âge baroque puis le la renaissance, expression esthétique de la contre-réforme, que nos élèves découvrent lors de la « promenade baroque » ou encore dans la Chapelle Sixtine, avec des réactions variées : « C’est trop beau, Madame ! » « Bof, c’est lourd, tout ce doré… »

Ainsi sensibilisées au beau, nos philosophes en herbe, sans le savoir, ouvrent leur cœur au Vrai : distinguer  l’Histoire de la légende sur les fouilles du Forum ou du Palatin ; découvrir, souvent les larmes aux yeux, au terme d’une exceptionnelle visite de la nécropole païenne sous la Confession de la Basilique Saint Pierre, les reliques du premier Pape. Pour beaucoup d’entre elles, ce cœur-à –cœur  aux sources de l’Église est d’ailleurs le moment le plus bouleversant du voyage ; ou encore, s’ouvrir à la vérité lors du sacrement de réconciliation qui leur est proposé au début de la semaine.

A un âge où il est si difficile parfois d’être libre, les Troisièmes comprennent ainsi que la vérité rend libres, et que « tout cela est bon ».

Cette liberté créatrice qui s’exprime à travers tant d’époques et donc de styles différents n’est-elle pas, en effet, la liberté même du Dieu créateur ?et au terme de ces sept  jours de classe romaine, comme dieu au septième jour dans le récit de la Genèse, elles peuvent s’écrier que « tout cela est très Bon ». Il est bon en effet bon en effet d’apprendre à vivre en groupe, et d’abord au sein d’une équipe, en respectant les règles données par les professeurs : être à l’heure aux rendez-vous, supporter les caractères des unes et des autres, tenir compte des souhaits de chacune lors des temps libres…Pendant les visites, se taire et prendre des notes, comme en classe, au lieu de bronzer avec une expression de béatitude bovine. Il est bon aussi de faire honneur à la chance exceptionnelle que nous avons d’être accueillies à la Trinité des Monts, en respectant les règles de vie de la Fraternité Monastique de Jérusalem qui l’habite. Enfin, il est bon de se découvrir autrement, de rire ensemble, tout simplement d’aimer ensemble, dans la B-attitude platonicienne : le Beau, le Vrai et le Bon.

Aussi sommes-nous toujours heureuses de les entendre nous remercier à la fin de la semaine et à l’aéroport au retour, avec leurs parents. Mais une fois de plus, nous mesurons la sagesse de Saint François d’ Assise : « c’est en donnant qu’on reçoit ! »  Alors, merci à toutes nos Troisièmes pour cette belle, vraie et bonne semaine platonicienne.

Laure Archambault (professeur de Français-Latin)

 

 Témoignages d’élèves :

« Rome, une destination qu’on croit connaître… mais il faudrait plus d’une vie pour en saisir tous les mystères. Entre les visites commentées par les professeurs, et les nombreux temps libres qui nous ont permis de découvrir la ville sous une autre approche…. Ce voyage a été très enrichissant ! »

« Le voyage à Rome en troisième a illuminé mon année : découvrir la ville éternelle d’une autre façon, écouter les histoires que les pierres vous murmurent… Une expérience inoubliable à vivre… sans restriction. »