Le MEP (Model European Parliament)

 

logo mep

Destinée à éveiller la conscience européenne des jeunes concernés, cette expérience, imaginée et initiée par les Pays Bas en 1994 et à laquelle Sainte Marie participe régulièrement, rassemble deux fois par an, dans une grande ville européenne, quelque 300 lycéens issus des 27 pays membres de l’union européenne et des trois pays candidats. Une semaine durant, ils s’initient au travail législatif européen en prenant part à une simulation du Parlement Européen ; ils élaborent, au sein de commissions, un projet de résolutions présenté au vote lors d’une assemblée plénière finale.

Riche en termes de rencontres et d’apprentissage de la diversité tout d’abord, c’est évident. Riche sur le plan intellectuel, aussi, puisqu’une véritable réflexion est attendue de chacun et de chacune sur des sujets non scolaires comme : la politique étrangère de l’Union Européenne ou les politiques de prévention en matière de tabac, d’alcool et de drogue. Le partage de cette réflexion constitue un autre défi : prendre la parole (en anglais, langue obligatoire des débats européens) au bon moment, synthétiser ses idées et convaincre une assemblée dans une langue qui n’est pas la sienne, exigent un art certain de la communication. Riche enfin et peut-être surtout, sur le plan de l’initiation politique : cette semaine est l’espace d’un éveil concret aux enjeux, aux modalités et aux difficultés de la construction d’un avenir européen commun. Une expérience déterminante dans une Europe en mouvement marquée par un certain désintérêt de la chose politique chez les jeunes générations.

 

55ème Session Internationale à Bucarest du 7 au 14 mai 2022
MEP is back !

140 jeunes lycéens venus d’Europe se rassemblent à Bucarest pour poursuivre la construction de l’Union Européenne dans le cadre d’un programme Erasmus !

Pour cette édition du printemps 2022, 5 élèves de première ont siégé pendant une semaine, accompagnées par Sabine Chauvet responsable de division de 1ère et Viviane Le Maire professeur d’anglais.

22 pays réunis, 22 délégations de jeunes européens et de représentants de pays invités, réunis à Bucarest pour une semaine de réflexions, d’échanges animés, de débats construits et documentés, en anglais…dans le but de proposer des résolutions qui, sait-on jamais, inspireront nos parlementaires européens à Bruxelles ?
La frontière commune de la Roumanie avec l’Ukraine donne à ce rassemblement européen du MEP (le premier après une interruption de deux ans et plusieurs sessions à distance dues à la pandémie) une résonnance toute particulière : la nécessité dans une actualité si dramatique de renforcer nos liens, d’apprendre à réfléchir ensemble dans le respect de nos nationalités, d’approfondir notre connaissance mutuelle pour grandir ensemble et promouvoir la démocratie. Et cela se vit concrètement à Bucarest cette semaine, entre les jeunes lycéens et leurs professeurs accompagnateurs !
Les thèmes sont variés et tous d’actualité : le développement économique, l’auto-suffisance énergétique, la sécurité et de défense, le vote des jeunes, les droits de l’Homme, le commerce international, l’emploi, les affaires constitutionnelles, la santé et l’environnement, la culture et l’éducation.
Une semaine de travail rythmée et intense, un déroulé identique pour chacune des sessions : la séance d’ouverture officielle et les discours de présentation de chacune des délégations, l’identification des problématiques, les propositions de solutions, les amendements, la séance de lobbying et deux jours d’assemblée générale pour voter les résolutions finales.
Avec, pour la plupart des délégations, une rencontre au cours de la semaine avec les diplomates, dans leur ambassade, et la découverte des missions et des cursus de nos représentants à l’étranger !
Un bel apprentissage du fonctionnement du parlement européen, de la négociation, du partenariat et de la politique…sans oublier les liens d’amitié qui se tissent au fil des journées et la découverte d’une nouvelle capitale européenne.
L’Ambassadrice de France nous a fait l’honneur d’intervenir lors de l’AG pour nous partager les préoccupations de l’Europe que la France préside actuellement, parler de la paix et des défis liés au changement climatique.
Nos 5 lycéennes de Première, sélectionnées pour représenter Sainte-Marie de Neuilly et la France à cette session, se souviendront longtemps de la magie de ces rencontres européennes et du fruit de leur collaboration. Bravo à elles pour leur engagement, la qualité de leur réflexion et leurs capacités d’adaptation !
Prochain rendez-vous en novembre à Sofia (Bulgarie)

Sabine Chauvet
Responsable de la division de Première

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Sainte-Marie de Neuilly et à Strasbourg 2019, cliquer ici

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Tallinn de février 2018, cliquer ici.

Diaporama de la session de février 2018 (Tallinn)

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Helsinki de novembre 2017 :

Diaporama de la session de novembre 2017 (Helsinki)

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Maastricht, cliquer ici.

powerpointDiaporama de la session de février 2017 (Maastricht)

 

 Pour en savoir plus sur la session du MEP à Copenhague, cliquer ici.

powerpointDiaporama de la session d’octobre-novembre 2016 (Copenhague)

 

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Budapest, cliquer ici.

powerpointDiaporama de la session d’avril 2016 (Budapest)

  

Pour en savoir plus sur la session du MEP à Berlin, cliquer ici.

powerpointDiaporama de la session de novembre 2015 (Berlin)

 

La politique aussi, ça s’apprend.

En octobre 2010, six élèves de Première et Terminale sont parties passer une semaine à Istanbul. Au programme, pas de visites mais des débats. Et des débats ciblés et rigoureusement orchestrés. Elles avaient en effet le privilège de participer à la 31ème session du M.E.P ou Model European Parliament.

Destinée à éveiller la conscience européenne des jeunes concernés, cette expérience, imaginée et initiée par les Pays Bas en 1994 et à laquelle Sainte Marie participe régulièrement, rassemble deux fois par an, dans une grande ville européenne, quelque 300 lycéens issus des 27 pays membres de l’union européenne et des trois pays candidats.

Une semaine durant, ils s’initient au travail législatif européen en prenant part à une simulation du Parlement Européen ; ils élaborent, au sein de commissions, un projet de résolutions présenté au vote lors d’une assemblée plénière finale.

Une semaine vite passée mais moins vite oubliée tant elle est riche sur tous les plans.

Riche en termes de rencontres et d’apprentissage de la diversité tout d’abord, c’est évident.

Riche sur le plan intellectuel, aussi, puisqu’une véritable réflexion est attendue de chacun et de chacune sur des sujets non scolaires comme : la politique étrangère de l’Union Européenne à l’égard de l’Afghanistan ou les politiques de prévention en matière de tabac, d’alcool et de drogue. Le partage de cette réflexion constitue un autre défi : prendre la parole (en anglais, langue obligatoire des débats européens) au bon moment, synthétiser ses idées et convaincre une assemblée dans une langue qui n’est pas la sienne, exigent un art certain de la communication.

Riche enfin et peut-être surtout, sur le plan de l’initiation politique : cette semaine est l’espace d’un éveil concret aux enjeux, aux modalités et aux difficultés de la construction d’un avenir européen commun. Une expérience déterminante dans une Europe en mouvement marquée par un certain désintérêt de la chose politique chez les jeunes générations.